Jeudi 26 janvier / Soutenance de thèse de doctorat

soutenance-operrier

L’actualité d’un retour généralisé de l’ornement incite à dresser un état des lieux et des temps de l’ornement dans le domaine propre de l’architecture. Pour certains, il s’y établit une corrélation entre le retour de l’ornement et la multiplication des flux et réseaux. L’ornement relevant et s’adressant à la fois à l’architecture et à la subjectivité, serait alors le terrain privilégié d’une politique en réponse à un monde lui-même ornemental. À ce monde étrangement ornemental, l’architecture aurait quelques lumières à proposer. Il importe dès lors de restituer la notion d’ornemental récemment élaborée en sciences de l’art. En effet, par celle-ci, on parvient à échapper aux réifications trop hâtives de l’ornement et de l’ornementation et à insister sur la dimension structurante, interdisciplinaire et constitutive d’un mode de penser esthétique. Par son caractère processuel, l’ornemental s’exerce et sur l’objet et sur le sujet de sa mise action, ou encore de sa réception. La capture des gestes à l’origine de l’ornementation capture à son tour l’attention de l’usager dans une certaine économie. Plus qu’orner l’habitat, ou habiter l’ornement, l’ornemental permettrait l’habiter, en informerait la pratique. Les traces laissées par l’ornemental en rendraient alors possible une évaluation qualitative.
En partant d’une analyse de la gestualité de l’ornemental telle que mobilisée dans l’art de la danse, l’art des jardins, la musique ou l’architecture, l’ambition est ici d’en considérer le potentiel axiomatique. C’est ramené au statut de technique du corps et de pratique d’écoute, que ces différentes disciplines sont convoquées dans une étude de leurs efficaces respectives. Autant force que figure, expression qu’encodage, le concept d’ornemental y voit sa définition renouvelée.En se penchant sur le corpus qui a vu naître la thématisation concomitante de l’ornemental et du mouvement, une première partie de cette thèse parcourt alors les topoi de l’historiographie de l’histoire de l’art allemande de la fin du 19e siècle, mettant à jour le substrat structurel gothique perdurant à l’ère baroque. Ceci permet à la fois de découvrir la dimension systémique, dynamique et cosmique de l’ornemental, et d’introduire l’hypothèse d’une survivance marginale de ces dimensions aux confins des disciplines – dans la musicalité du 17e siècle -, en deçà des déterminations rhétoriques du régime décoratif de l’ornement désormais instauré par les Temps Modernes. Cette hypothèse de l’existence de survivances d’une véritable physique ornementale permet dans un second temps de retrouver le fil conducteur d’une esthétique ornementale à travers les balbutiements de sa formulation – maniérisme, techniques du corps baroques, romantisme allemand, avant-garde. S’incarnant par une gestualité et une musicalité intrinsèque, cette esthétique ne parvient cependant pleinement à sa formulation théorique qu’au 20esiècle, au moment où la crainte d’une disparition des gestes anime les débats. Enfin, est proposé dans un troisième et dernier temps un développement de cette esthétique à un niveau de gestualité interne qui n’est pas sans relation avec la culture chorégraphique du 20e siècle ou certaines pratiques d’arts martiaux, notamment à travers la notion de micro mouvements, cultivant la liberté du geste et posant la question de son usage et par-là d’une économie éthique et politique de l’ornemental, déterminante pour les modes d’habitation.JURY DE THÈSE

    • Laurent BARIDON, Professeur des universités, Université Louis Lumière Lyon II (directeur de thèse)
    • Jean-Claude BONNE, Directeur d’études, École des Hautes Études en Sciences Sociales
    • Patrice CECCARINI, Professeur, ENSA Paris-Val-de-Seine
    • Knut EBELING, Professeur des universités, Weissensee Kunsthochschule Berlin
    • Estelle THIBAULT, Maître assistante, ENSA Paris-Belleville
    • François TRAN, Maître assistant, ENSA Lyon (co-directeur de thèse)
  • Laboratoire d’accueil : EVS-LAURE – UMR CNRS 5600
  • Laboratoire partenaire : LARHRA – UMR CNRS 5190

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *