Journées EVS 17, 18 et 19 mai

L’ENSAL accueille les 4e Journées de l’UMR 5600 du CNRS Environnement Ville Société dont le LAURE est une composante. Ces trois journées ont pour objectifs de permettre aux doctorants d’échanger et de présenter leurs travaux et à l’ensemble de l’équipe de faire le point sur l’activité du laboratoire.

En détails:

  • le 17 mai, la première journée sera consacrée au 5ème congrès des doctorants. Télécharger ici le programme.
  • les 18 et 19 mai sont dédiées aux présentations des travaux dans les différents ateliers: sessions thématiques, posters.

Inscription: https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeVobSo-_HYo08u0IUYFPccm5HLsBcET-LzFNdpApo8obJkgw/viewform

 

Café du LAURE jeudi 04 mai 13h

Les processus de conception collaboratifs, un sujet de recherche en architecture ?

Estelle Morlé, maître-assistante associée à l’ENSAL et doctorante, invite à l’occasion de ce café du LAURE enseignants, étudiants, chercheurs et architectes à partager les liens entre les différents domaines de connaissances convoqués dans son travail de recherche.

Alors que les processus de conception font l’objet de recherches en sciences humaines et sociales et que les collaborations sont cœur de la profession d’architecte, quels sont, pour la recherche en architecture, le sens et la portée de l’étude des processus de conception collaboratifs dans le projet ?

Ces interrogations prennent place dans le cadre de la recherche doctorale en cours d’Estelle MORLE portant sur les processus coopératifs et collaboratifs à l’œuvre dans un exercice collectif de la conception architecturale et leur incidence sur la production d’innovations. Le protocole expérimental s’appuie sur l’enseignement ATEC – Architecture Vertueuse, mené en atelier de projet de première année de Master à l’ENSAL et mobilise un référentiel croisé entre sciences humaines, théories et pratiques de l’architecture en milieux académique et professionnel.

Enseignants, chercheurs, architectes, étudiants, ce café du LAURE vous invite à partager le questionnement des liens entre ces différents domaines de connaissances interrogeant plus fondamentalement le sens de la recherche en architecture.

Café du LAURE jeudi 23 mars 13h

« Habiter l’horizon, l’architecture à l’épreuve »

Julie Cattant, enseignante-chercheure, docteure en architecture viendra nous présenter sa thèse soutenue  le 17 février, à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-la-Villette.

Résumé :

Cette thèse interroge les relations entre l’architecture et l’horizon et montre qu’elles engagent la notion philosophique d’habiter. Au travers du prisme de l’horizon, l’objectif est de saisir le sens des pratiques des architectes, de repenser leurs limites et de mesurer la responsabilité des professionnels qui participent à la transformation des milieux habitables. Au tournant de la modernité, l’étude de l’horizon chez Le Corbusier, Claude Parent, Henri Gaudin, Álvaro Siza, Pierre-Louis Faloci et Marc Barani, éclaire des évolutions dans les modes de voir et de penser le monde, de la première moitié du 20e siècle à nos jours. Des récits d’expériences vécues au sein d’architectures construites sont confrontés à des entretiens menés avec les architectes ainsi qu’à l’analyse de leurs écrits, dessins, plans et/ou archives. Tour à tour, l’horizon, l’architecture et l’habiter sont mis à l’épreuve. Au premier abord, l’horizon évoque la limite visuelle lointaine du paysage. Mis à l’épreuve de l’architecture, il se révèle aussi comme limite spatio-temporelle et corporelle, qui concerne la relation sensible et existentielle entre l’homme, l’architecture et le paysage. À l’épreuve de l’horizon, l’analyse des pratiques et des expériences des architectes démontre une pluralité de modes de dire et de faire. Comme prisme de lecture, l’horizon traduit le sens des actions et des pensées de ces professionnels. Au travers de leurs invitations à « habiter l’horizon », les architectes témoignent d’un changement de paradigme à l’œuvre depuis Le Corbusier. L’ouverture et le rythme entre l’architecture, l’homme et l’horizon s’imposent finalement comme les conditions d’un habiter possible.

Jury composé de :

Mme Chris YOUNÈS, philosophe. Professeur HDR émérite à l’ENSA-Paris la Villette, professeur à l’École Spéciale d’Architecture, fondatrice du réseau PhilAU (directrice)

Mme Hélène HATZFELD, politologue. Docteur d’État en science politique, chercheur au Centre de recherche sur l’habitat-LAVUE

M. Jean-Lucien BONILLO, architecte. Professeur HDR en histoire et culture architecturale et urbaine à l’ENSA-Marseille, directeur du laboratoire INAMA (rapporteur)

M. Jean-Pascal LÉGER, écrivain, éditeur, commissaire d’expositions. Fondateur et directeur de la revue et des éditions Clivages et de la Galerie Clivages, directeur du Centre d’Arts Plastiques de Royan

M. Daniel PAYOT, philosophe. Professeur HDR de philosophie de l’art à l’Université de Strasbourg, directeur du laboratoire ACCRA

M. David VANDERBURGH, architecte. Professeur d’architecture à la Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme de l’Université de Louvain (rapporteur)

Café du LAURE jeudi 09 mars 13h

Philippe Dufieux:

« Antoine-Marie Chenavard architecte Lyon – Rome – Athènes »

Antoine-Marie Chenavard (1787-1883) a œuvré entre néo classicisme et gothique troubadour, et a signé de nombreux édifices publics dans la région lyonnaise comme le grand théâtre de Lyon, inauguré en 1833 et chef-d’œuvre de l’artiste, ou encore la première préfecture du Rhône, l’église Saint-Denis de la Croix-Rousse à Lyon etc.
Mais c’est en matière de restauration des monuments médiévaux que l’architecte se distingue particulièrement au cours de sa longue carrière, imprimant sa personnalité aux cathédrales de Lyon, de Belley (Ain) et de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) comme aux églises Saint-Étienne de Roanne, d’Oyonnax (Ain) et de Mornant (Rhône). Aux côtés de ses commandes civiles et religieuses, l’architecte exerce son insatiable curiosité à la reconstitution du Lyon antique, objet de savantes spéculations poétiques et archéologiques, dans le sillage de ses séjours en Italie (1816, 1818 et 1822), en Grèce et dans le Levant (1843-1844) ; derniers voyages qui feront l’objet d’importantes publications.

Café du Laure mardi 14 février 13h

Léa Marchand, François Duchêne et David Desaleux : Lyon vallée de la chimie, traversée d’un paysage industriel, (Libel 2015) :

Au cœur de la vallée. Un urbaniste, une experte du monde associatif et un photographe explorent le territoire qui compose la vallée de la chimie au sud de Lyon. Entre usines actives ou désaffectées et jardins partagés, ils éclairent ses liens au travail et à l’industrie et proposent une vision à hauteur d’hommes, face aux cheminées industrielles.

Jeudi 26 janvier / Soutenance de thèse de doctorat

soutenance-operrier

L’actualité d’un retour généralisé de l’ornement incite à dresser un état des lieux et des temps de l’ornement dans le domaine propre de l’architecture. Pour certains, il s’y établit une corrélation entre le retour de l’ornement et la multiplication des flux et réseaux. L’ornement relevant et s’adressant à la fois à l’architecture et à la subjectivité, serait alors le terrain privilégié d’une politique en réponse à un monde lui-même ornemental. À ce monde étrangement ornemental, l’architecture aurait quelques lumières à proposer. Il importe dès lors de restituer la notion d’ornemental récemment élaborée en sciences de l’art. En effet, par celle-ci, on parvient à échapper aux réifications trop hâtives de l’ornement et de l’ornementation et à insister sur la dimension structurante, interdisciplinaire et constitutive d’un mode de penser esthétique. Par son caractère processuel, l’ornemental s’exerce et sur l’objet et sur le sujet de sa mise action, ou encore de sa réception. La capture des gestes à l’origine de l’ornementation capture à son tour l’attention de l’usager dans une certaine économie. Plus qu’orner l’habitat, ou habiter l’ornement, l’ornemental permettrait l’habiter, en informerait la pratique. Les traces laissées par l’ornemental en rendraient alors possible une évaluation qualitative.
En partant d’une analyse de la gestualité de l’ornemental telle que mobilisée dans l’art de la danse, l’art des jardins, la musique ou l’architecture, l’ambition est ici d’en considérer le potentiel axiomatique. C’est ramené au statut de technique du corps et de pratique d’écoute, que ces différentes disciplines sont convoquées dans une étude de leurs efficaces respectives. Autant force que figure, expression qu’encodage, le concept d’ornemental y voit sa définition renouvelée.En se penchant sur le corpus qui a vu naître la thématisation concomitante de l’ornemental et du mouvement, une première partie de cette thèse parcourt alors les topoi de l’historiographie de l’histoire de l’art allemande de la fin du 19e siècle, mettant à jour le substrat structurel gothique perdurant à l’ère baroque. Ceci permet à la fois de découvrir la dimension systémique, dynamique et cosmique de l’ornemental, et d’introduire l’hypothèse d’une survivance marginale de ces dimensions aux confins des disciplines – dans la musicalité du 17e siècle -, en deçà des déterminations rhétoriques du régime décoratif de l’ornement désormais instauré par les Temps Modernes. Cette hypothèse de l’existence de survivances d’une véritable physique ornementale permet dans un second temps de retrouver le fil conducteur d’une esthétique ornementale à travers les balbutiements de sa formulation – maniérisme, techniques du corps baroques, romantisme allemand, avant-garde. S’incarnant par une gestualité et une musicalité intrinsèque, cette esthétique ne parvient cependant pleinement à sa formulation théorique qu’au 20esiècle, au moment où la crainte d’une disparition des gestes anime les débats. Enfin, est proposé dans un troisième et dernier temps un développement de cette esthétique à un niveau de gestualité interne qui n’est pas sans relation avec la culture chorégraphique du 20e siècle ou certaines pratiques d’arts martiaux, notamment à travers la notion de micro mouvements, cultivant la liberté du geste et posant la question de son usage et par-là d’une économie éthique et politique de l’ornemental, déterminante pour les modes d’habitation.JURY DE THÈSE

    • Laurent BARIDON, Professeur des universités, Université Louis Lumière Lyon II (directeur de thèse)
    • Jean-Claude BONNE, Directeur d’études, École des Hautes Études en Sciences Sociales
    • Patrice CECCARINI, Professeur, ENSA Paris-Val-de-Seine
    • Knut EBELING, Professeur des universités, Weissensee Kunsthochschule Berlin
    • Estelle THIBAULT, Maître assistante, ENSA Paris-Belleville
    • François TRAN, Maître assistant, ENSA Lyon (co-directeur de thèse)
  • Laboratoire d’accueil : EVS-LAURE – UMR CNRS 5600
  • Laboratoire partenaire : LARHRA – UMR CNRS 5190

Jeudi 15 décembre / Café du LAURE

Pour son dernier rendez-vous de l’année 2016, le LAURE invite Mathias Gervais de Lafond, architecte TPCAU et enseignant à l’ENSAL depuis 2015, pour présenter la nouvelle revue Classeur dont il est l’un des fondateurs et directeur artistique. Rendez-vous au LAURE le jeudi 15/12, à 13h.
Classeur est une revue annuelle d’architecture publiée aux Éditions Cosa Mentale. Porté par des enseignants de plusieurs Écoles nationales supérieures d’architecture, elle rassemble autour d’un thème les contributions d’acteurs internationaux venant de disciplines variées.La première publication de cet ouvrage collectif est sorti en juin 2016. Après « Le Mythe de Pierre », le prochain numéro « Qatar » sortira en juin 2017.

Classeur est un magazine d’architecture édité une fois par an.
Classeur est un état des lieux. Construit autour du Thème, chaque numéro rassemble des Récits.
Le Thème : Un point. Voilà ce qui est fixe dans Classeur.
Classeur est une monographie d’un Thème choisi pour son intemporalité, son mystère et sa poésie ; c’est une compilation construite qui raconte une histoire.
Classeur montre, Classeur assemble, Classeur compile, Classeur agrège autour du Thème les documents qui l’éclairent : les Récits. De leur confrontation pure les questions émergent.
Classeur est un filtre pour construire un rhizome.
Pas de clé dans Classeur mais des outils pour le débat.
Classeur fonctionne comme une archive, un casier rempli de documents de façon non-hiérarchique.
Classeur accepte des textes longs, les textes courts, les photoreportages, les séries de dessins, les photomontages, les thèses, les poèmes, etc.

SAVE THE DATES ! – Déjeuners et cafés du LAURE du 1er semestre

* Déjeuner-débat le jeudi 3/11 dès 12h30:

présentation de l’ouvrage « Les temps de la construction » (éditions Picard) par Laurent Baridon, Robert Carvais, François Fleury et Rémy Mouterde (ATTENTION : uniquement sur réservation écrite – PAF : de 5 à 7 euros, à confirmer)

* Café le jeudi 17/11 à 13h avec Paul Vincent autour du thème « La place de l’appropriation et des usages dans la réécriture des programmes des projets »

* Café le mardi 29/11 à 13h : présentation de la thèse de Christian Marcot sur l’histoire (et l’actualité) de l’enseignement de l’architecture à Lyon

* Café le jeudi 15/12 à 13h : présentation de la nouvelle revue « Classeur » par Mathias Gervais de Lafond, initiateur du projet.

DATES CAFES DU LAURE MAI 2016

Mardi 3 mai 13h : Sandra Fiori et Claire Brossaud

titre : Retour sur la journée d’étude Faire la ville en (biens) communs
CAFE LAURE 01
Mardi 10 mai 13h : Jean-Yves Quay
titre : Campagne, milieux, états de nature : comment penser les liens entre urbain et rural aujourd’hui ?

résumé : Le caractère stable, la variété des lieux et le rapport profond qui nous relie aux paysages hérités de nos campagnes, font de l’espace rural un nouvel enjeu pour l’harmonie de la vie urbaine. Dès lors, de nouvelles pratiques territoriales peuvent naître de la (re)connaissance de ces « états de nature » hérités et par la même, par la (ré)actualisation du concept de “mi-lieux”.

CAFE LAURE 02
Mardi 17 mai 13h : Nuné Chilingaryan
titre : Les grands ensembles modernistes et les complexes poste modernistes : phénomène de l’espace « illisible »

CAFE LAURE 03

Vendredi 20 mai 13h  :  Lamia Chakroun
titre : L’immersion spatiale comme outil participatif d’observation du paysage 

résumé : A travers le projet « sensibilisation spatiale » menée avec l’association ACTAV  et qui avait pour but de sensibiliser les habitants aux paysages de leur ville et de s’exprimer sous forme de spectacle, cette recherche propose une méthode d’observation du paysage s’appuyant sur la découverte multi sensorielle. Elle met en avant l’imprégnation des ambiances et vise le bien être dans la ville .
CAFE LAURE 04
Vendredi 24 mai 13h  :  Gilles Desevedavy
titre : Une nouvelle architecturicité
CAFE LAURE 05

Lyon Architecture Urbanisme REcherche